Du communisme sexuel à l’associationnisme prostatique: Autour, avec et tout contre Mikhaïl Bakounine, Marcel Mauss et Pierre-Jules Béniqué

par | 25 avril 2020 | Disparutions | 0 commentaires

Notice de l’éditeur:

Il y a d’abord trois hommes singuliers dans leur temps: Mikhaïl Bakounine, Marcel Mauss et Pierre-Jules Béniqué. Le premier est le théoricien et fondateur de la première Internationale anti-autoritaire. Le deuxième, neveu d’Émile Durkheim, est l’éminente figure de l’ethnologie française dite «de cabinet». Le troisième, plus mystérieux, est un chirurgien et spécialiste des voies urinaires. Qu’ont-ils en commun? Tous trois accompagnent un long 19e siècle et un début de 20e siècle marqués par une Modernité rationnelle triomphante. Les théories politiques s’élaborent et se confrontent, l’Europe s’étend à travers le globe et se laisse néanmoins interroger par la rencontre avec des populations d’Asie, d’Afrique, d’Australie et des régions du cercle sub-polaire. Les sciences anatomiques ne sont elles-mêmes pas en reste et développent de nouvelles perspectives et controverses: les théories organicistes et vitalistes classiques laissent progressivement la place à la perspective de l’homme-machine, réparable à souhait en tournant quelques vis et boulons.
Ces trois hommes ne se seraient pas rencontrés, sauf dans l’esprit généralissime, érudit et éclectique d’Archibald Doral. Son enquête immobile entre les lignes débute par la découverte du concept singulier de «communisme sexuel» observé chez les peuples Inuits et proposé par Marcel Mauss. Cet auteur évoque ainsi la possibilité de formes prototypiques, échangistes et saisonnières d’organisations centralisées et de mise en commun des corps reproductifs. C’est en suivant cette piste où organisation sociale, représentation du corps et utopies politiques convergent, que Doral poursuit une analyse fine des écrits en faveur d’un associationnisme anarchiste, ou alors d’une atomisation encore plus radicale de l’individu en organes et en tranches anatomiques, telle que l’illustre le cas d’étude de la prostate redécouverte en partie par Pierre-Jules Beniqué. La question centrale pour Archibald Doral est avant-tout celle de la pleine maitrise du désir, des flux, et de la jouissance, mais également des implicites, des programmes et des standards d’accès égalitaire ou inégalitaire à l’orgasme – masculine et féminine – et à la reproduction librement consentie. Pour Archibald Doral qui perçoit derrière chaque théorie son potentiel érotique, le lecteur et surtout la lectrice avertie de son œuvre ne sera pas étonnée de son penchant pour ce qu’il appelle «l’associationnisme prostatique», une approche solaire et solidaire pour ressentir dans son intériorité les frissons du rêve anarchiste.


Titre: Du communisme sexuel à l’associationnisme prostatique : Autour, avec et tout contre Mikhaïl Bakounine, Marcel Mauss et Pierre-Jules Béniqué
Auteur: Archibald Doral
Éditeur: Hélice Hélas Éditeur
Date de parution: Probablement jamais
Genre: Disparutions
Mots clé: anthropologie, sexualité, homme-machine, ethnologie

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *