Pschitt!

par | 6 mai 2020 | Extraits | 0 commentaires

Briefschachteschlitzbeglückungsbeamter, ça se résume en français par facteur, et Kuhbusensaftverarbeitungstechniker par fromager. Traduit dans le détail, le premier laisse entendre qu’il s’agit du fonctionnaire chargé de faire jouir les fentes des boîtes aux lettres, et le second évoque le technicien chargé du traitement du jus des nénés de vache. Ah, cet argot alémanique, que certains appellent suisse-toto, fait pschitt!

Notez, il y a plus court. Un chômeur, c’est un Bananenkrümmer (courbe-bananes), mais aussi, et bien mieux, un Bahnhofbuffetschtägegländermessingchnöpflibutzer (celui qui poutze les boutons de laiton des rampes d’escalier du buffet de la gare), comme vous l’avez peut-être déjà compris.

Court ou long, cet argot de dialecte, à la fréquence d’usage fort variable, est irrésistible. Assez pour en ramasser quelques morceaux. Unindentifiziertfleischobjekt se laisse admirablement traduire par OVNI (Objet de Viande Non Identifié) et désigne un hamburger qui se mange grâce au Röschtifrääse (fraise à rösti) ou à la Frässelischte (plinthe à briffe), c’est-à-dire la bouche. La chose est préparée par une Gulaschhebamme (accoucheuse à goulasch) et servie dans une Schnitzelfarm (ferme à escalopes) jusqu’à la Mitternachtskollekte (ou quête de minuit).

Après quoi, on se dirige vers d’autres plaisirs, avec une Landwirtschaftscrevette (crevette agricole), pour autant que cette môme un peu dégingandée ne soit pas mineure. Si Priis isch na draa (elle affiche pas le prix), on prend des risques. Surtout s’abstenir de Barfusstschutte (faire du foot pieds nus). Mieux vaut enfiler sa Nahkampfrsock (chaussette pour combat rapproché), ses Rägeschäppli (les machins en gurit que les mamies se mettent sur les frisettes), son Gummibär (ours en caoutchouc), sa Zipfelnütze (bonnet de nuit), sa Chinderhort (garderie d’enfant), son Nachttischpneu (pneu de chevet) ou son Appizëller Pelerine (pèlerine d’Appenzellois): sept joyeuses manières de décliner un seul et même objet, le préservatif.

L’exercice donne soif. On se requinque en trinquant au Urwald-Maggi (Maggi de la forêt vierge, condiment liquide à base de livèche, aussi mythiques que le Cenovis et, un poil moins connu, le vinaigre Kressi) ou encore à la Disco-Benzin, c’est-à-dire au coca, avant que la miss ne remette sa Popo-Manschette (minijupe).

Si vous entendez Kafiwärmer ou Glatzepullover, pensez perruque. Une Föhnchopf (tête à föhn), c’est un Glaronais, tandis qu’un Fön tout court désigne un pistolet. Absents des cartes de visite, Liftboy ou Balkonarchitekt veulent dire chirurgien esthétique. Alors qu’un Ballonflicker (rapièce-ballon) n’est autre qu’un psychiatre.

Gseesch de Pöög? Tu vois le puck? T’as pigé?

Auteure: Corinne Desarzens
Extrait de: La lune bouge lentement mais elle traverse la ville (Baconnière, 2020)
Éditeur: la Baconnière
Relecteur: Julien Gabet
Genre: extrait
Mots clé: langues, sensualité

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *